Articles

Une journée d’école… le quotidien de Madeleine, Annabelle et Marjorie

Et comme pour toutes les journées d’école, le réveil se fait très tôt. Je suis donc arrivée chez Marjorie pour le p’tit dej vers 7h30 du matin, un moment tranquille avant de monter se brosser les dents puis d’enfiler manteaux et chaussures. Et c’est enfin le départ pour l’école. Un dernier bisou pour la journée et nous rentrons à la maison avec Annabelle qui appréciera une petite sieste. Ben oui, c’était éprouvant cette balade ! La journée se poursuit tranquillement alternant les instants de jeux, la cuisine, des moments de tendresse, de repas, de promenade pour profiter du soleil et c’est déjà l’heure de récupérer Madeleine à l’école. Tout s’accélère alors. On enchaine goûter, jeux, rires, bain et il est temps de se quitter. Cette journée est passée à toute vitesse !

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Reportage du quotidien un jour d'école

Un dimanche après-midi à la maison

On sort les gaufres, on s’installe tranquillement dans le jardin et c’est parti pour un bel après-midi ensemble. Suivent un peu de jardinage avec papa, des jeux, des batailles de chatouilles, des câlins, un bon bain et un bon apéro ! Voilà comment passer un très bon dimanche en famille.

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Reportage du quotidien dans les Hauts de Seine

Bébé joue avec son reflet dans la glace après le bain

Débat : la nudité dans nos reportages ?

A l’origine, notre collectif a été créé comme un espace d’échange et de partage sur nos pratiques professionnelles (de documentaire de famille, évidemment). Et nous avons souvent, entre nous, des débats ou des questions qui révèlent la diversité de regards de chacun. Il nous a semblé qu’un certain nombre de ces débats étaient pertinents, tant dans le cadre du documentaire de famille, que du reportage ou de la photo en général. Alors nous avons décidé de partager avec vous certaines de ces questions. Vous pourrez aussi nous dire ce que vous en pensez, comment vous voyez les choses en tant que maman, papa, grand-parent, professionnel etc.

La question du jour est la suivante :

Comment traiter la nudité dans nos reportages ?

Dans le reportage de famille, nous sommes souvent confrontés à la question de nos limites, faut-il photographier ou non, diffuser ou non, où s’arrête t-on ? Concernant la nudité des enfants, qui généralement n’en ont pas conscience, la question mérite d’être posée. Quelles sont les limites de chacune d’entre nous ?

 

Silhouette d'un enfant lors d'un reportage famille

Un père tient son fils à l'envers

Sybil

Je n’ai jamais ressenti de gêne de la part des parents en ce qui concerne la nudité de leurs enfants sur mes images. Ils ont vu mon travail, ils m’accueillent chez eux et me font confiance. Ils savent que ces images sont d’abord pour eux, et que, s’ils ne le souhaitent pas, elles ne seront pas diffusées. La limite à propos de la nudité, elle vient de moi et elle est celle ci : je ne montre pas de nudité frontale. Tout simplement parce que je ne la trouve pas esthétique, je ne la trouve pas nécessaire non plus. Au delà de ça, c’est pour moi une question de respect. Je m’identifie sans doute un peu trop à eux… Est-ce que je mets de la pudeur où il n’y en a pas encore ? Je ne sais pas… le fait est, naturellement, je m’arrange pour cadrer mes images de façon à la cacher autant que possible.

photo pendant la douche

enfant nu

Annie

Comme Sybil, je n’ai jamais ressenti de gêne de la part de mes clients. Ils m’ont choisi pour mon approche documentaire de la photo de famille et donc je viens photographier leur quotidien tel qu’il se présente. Dans les familles que je viens photographier, il y a souvent des enfants en bas âge. Au-delà du contexte du bain, cela leur est naturel, à leur âge, de courir dans tout l’appart cul nu et devant tout le monde. Cette liberté, cette insouciance, c’est justement, pour moi, quelque chose qui raconte l’enfance.

En situation de reportage documentaire, je fais des photos tout le temps. Et comme la situation est normale, elle ne provoque pas de gêne chez moi au moment de la prise de vue. Ensuite, au moment du tri des images, je peux être amenée à garder des photos où la nudité est montrée de manière frontale mais seulement s’il se passe dans l’image quelque chose d’autre d’intéressant. Bien sûr, de la même manière que je change les prénoms et la localisation de mes reportages dès lors qu’il y est question d’enfants, je ne diffuse jamais ces images de corps tout nus.

Bébé joue avec son reflet dans la glace après le bain

Papa attend que son fils s'habille rapidement

Nadine

Dans le cadre d’un reportage documentaire sur le quotidien d’une famille, l’heure du bain est un moment clé de la journée que nous souhaitons tous/toutes immortaliser. C’est à ce moment que se pose la question de la nudité. En général, nous en avons déjà discuté avant avec les parents pour être sur la même longueur d’ondes : s’ils n’y voient pas d’inconvénients, je photographie ce moment tel que je le vois, sans retenue. Ils auront les images mais la publication de celles-ci ne se feront pas sans leur accord. Dans tous les cas, comme les collègues, pas de photos de face, même si les parents me donnaient leur accord. Une photo de dos, aucun souci si la photo mérite d’être vue, si elle raconte vraiment quelque chose de fort. Mais pour les photos de face, comme il est impossible sur la toile de maîtriser tous les aspects de la diffusion d’une image, je préfère m’en abstenir. Et puis les enfants sont encore trop petits pour donner leur consentement à cette exposition de leur nudité. Je ne sais pas si le fait d’être une maman impacte mon point de vue sur la question mais c’est très probable. J’ai publié sur mon site beaucoup de photos de mes enfants mais jamais de photos d’eux nus.

reportage du quotidien haut de seine

reportage du quotidien en Belgique

Maryline

Photographier le quotidien nous amène forcément à photographier des moments comme la toilette des enfants, l’habillage et le déshabillage. Ce sont de super moments, souvent très drôles, que les enfants passent avec leurs parents ou seuls lorsqu’ils sont assez grands. Sur mes reportages, les choses se font très naturellement, les parents et les enfants ont très vite tendance à oublier que je les photographie. Du coup, j’observe beaucoup les réactions des enfants à ces moments clés pour sentir s’ils sont plutôt gênés ou pas du tout. Cela se voit très rapidement et je respecte toujours leur pudeur. Lorsqu’un enfant se met à danser en culotte ou faire le clown dans le bain, c’est qu’il est très à l’aise et donc je n’hésite pas à faire des photos. Par contre, quand je vois qu’il se renferme un peu, qu’il fait vite pour s’habiller ou se déshabiller, je lui demande (s’il est grand) ou je demande à ses parents si c’est ok pour que je shoote à cet instant. Les enfants sont très honnêtes et ils savent nous faire comprendre lorsque l’on est de trop dans la salle de bain ou dans leur chambre.

J’ai pris l’habitude, lors de mes reportages, de toujours cadrer afin de cacher la nudité complète. Je pense que c’est ma propre pudeur qui joue aussi. Maintenant, lorsqu’il m’arrive de photographier un enfant tout nu, de face, je ne diffuse jamais ces photos-là non plus. Ce sont des souvenirs uniquement pour les parents et les enfants.

Ernestine et sa famille reportage photo documentaire de famille à ParisErnestine et sa famille reportage photo documentaire de famille à Paris

Marine

La question de la représentation de la nudité (qui plus est des enfants) est un sujet sensible car il confronte les deux aspects de notre métier : rendre compte du réel, capturer des images et les donner à voir, les confronter au regard du public. Ces deux étapes sont bien distinctes mais sont nécessairement liées l’une à l’autre. Même si le reportage de famille est d’abord à destination de nos clients (la famille), il est vital pour le photographe de pouvoir montrer son travail à un cercle plus large.

Il y a donc à la base, un accord avec les familles, une manière de travailler mais je crois que la décision de photographier ou non, de diffuser ou non, en dit beaucoup sur qui nous sommes, nos éducations, la société et l’époque dans laquelle nous vivons. C’est un questionnement régulier, car il montre des limites qui sont souvent purement contextuelles. Je me souviens m’être fait cette réflexion, il y a quelques temps, en regardant des vieux films de famille. Nous (Mes frères, sœur et moi) y étions nus à longueur de temps et je me suis rendue compte que je n’avais jamais laissé mes enfants courir nus sur la plage. Même famille, autre époque, autres mœurs.

De formation photojournalistique, je considère que montrer la réalité de la vie quotidienne, c’est en montrer tous les aspects, de manière spontanée et sans à priori. Pourtant, je me suis rendue compte à de nombreuses reprises, qu’un certain nombre de « filtres » viennent interférer avec cette volonté, au moment de la prise de vue, de la sélection des images ou de leur diffusion. Selon le contexte, il y a des moments que je ne vais pas prendre en photos car ils me semblent trop « crus », et il y a des photos que je ne vais pas sélectionner pour les mêmes raisons. Pour la question de la diffusion, c’est là que ma « censure personnelle » marche le plus fort :), pas de nudité complète, pas de noms, peu d’infos sur mes clients.